Les clés de la ville - Reims : efficacité énergétique, rénovation énergétique : leviers d’économies d’énergie. Quels impacts pour la ville de demain ?

Mis à jour le 10 nov. 2022
Temps de lecture : 4 min
LCDLV Reims-plateau-claire-gagnaire

Le 19 octobre, avait lieu la première édition des Clés de la Ville en partenariat avec Radio Immo et Le Figaro Immobilier auquel a participé Claire Gagnaire, secrétaire générale Hellio, accompagnée d'Arnaud Robinet, maire de Reims, de Stéphane Dalliet, directeur général immobilier résidentiel chez Nexity, de Baptiste Delloye du Conseil supérieur du notariat - Notaires de France et de Vincent Hallier, directeur général chez Le Foyer Remois.

L’occasion pour Hellio, acteur de référence de la maîtrise de l’énergie de dresser le portrait énergétique de la ville de Reims.



Travaux de rénovation énergétique : les arguments pour les rémois

La transition énergétique du parc de logements relève autant de l’urgence climatique que de l’urgence sociale. L’actualité le démontre tous les jours dans un contexte d’explosion des coûts de l’énergie. Le législateur a posé des échéances précises qui s’imposent désormais aux propriétaires.

La première échéance s’impose déjà d’ailleurs ! Depuis août de cette année démarre le gel des loyers des logements classés “étiquette F et G”. Ensuite, on enchaîne en avril 2023 avec l'obligation de réaliser un audit énergétique pour vendre ces logements en étiquette F et G. A partir de janvier 2025, démarre l'interdiction progressive de louer les logements que l’on appelle les passoires énergétiques… D’abord les étiquettes G, les plus consommateurs d’énergie, c’est-à-dire supérieurs à 450 kilowattheures par m2. Cette interdiction s’appliquera ensuite par paliers à tous les logements énergivores en 2028 et 2034.

Concernant les locataires déjà en place, ils seront en droit d’exiger de leur propriétaire qu'ils entreprennent des travaux d'économies d'énergie.


Les spécificités du parc de logements de Reims

Reims - Le parc de logement-min


Reims compte plus de 105 000 logements, un parc en forte croissance, dont 88 % de résidences principales avec une très grande majorité d'appartements (79 %). 71 % des occupants sont locataires. C’est donc majoritairement un marché de locataires en appartement. D’où l’enjeu particulièrement important pour les propriétaires de réaliser des travaux après le vote de la loi Climat résilience qui s’impose à eux… d’autant que Reims compte parmi son parc de logement résidentiel plus d’un tiers de logements classés « passoires énergétiques”, classés E, F ou G. 

Il faut enfin noter que l’une des singularités du parc de logement rémois réside dans la part du logement social, lequel représente 40 % du parc.


Aides à la rénovation énergétique : l’offre de service Hellio 

Aides à la rénovation énergétique l’offre de service Hellio-min


Le Grand Reims est particulièrement engagé dans le soutien à la rénovation énergétique de son parc de logement résidentiel. La collectivité s’est dotée cet été d’un Plan Climat air énergie, un plan qui vise notamment à diminuer la consommation d’énergie. Les objectifs sont ambitieux : il s’agit d’atteindre 1 935 rénovations performantes de logements en moyenne par an d’ici 2030. Autre objectif : qu’il n’y ait plus de logements chauffés au fioul d’ici 2030 et réduire de manière drastique le nombre de logements chauffés au gaz.  

Cette démarche vient après la mise en œuvre l’année dernière de ce que l’on appelle une Opération programmée d’Amélioration de l’Habitat, qui inclut des aides de 1 000 à 2 000 euros par exemple pour l’isolation ou le changement de mode de chauffage. Elles sont destinées aux propriétaires de maisons ou appartements ayant plus de 15 ans situés sur une des communes de la Communauté Urbaine.

Ce sont des aides complémentaires d’une part aux subventions de l’Anah, lesquelles peuvent atteindre entre 25 et 60 % du montant hors taxe des travaux, et d’autre part aux primes “Certificats d’Economies d'Energie” que Hellio propose. Ces aides financières sont déterminantes d’autant qu’en moyenne à Reims, 35 000 euros sont investis par logement lorsqu’ils font l’objet d’une rénovation énergétique. 

Hellio, et son rôle d’ensemblier facilite le passage à l’acte des propriétaires souvent perdus devant la complexité des dispositifs : Hellio propose une offre intégrée de l’audit à la finalisation des travaux avec son réseau d’artisans qualifiés RGE… une condition sine qua non pour obtenir les différentes aides financières !


Reims : cas concret en maison individuelle et habitat collectif

Reims cas concret en maison individuelle et habitat collectif-min


Hellio intervient aussi bien en maison individuelle qu’en habitat collectif. Dans le premier cas de figure, voici l’exemple théorique d’une maison rémoise chauffée au gaz de 157 m2 située dans le quartier de Laon Nord. Si le propriétaire du bien souhaitait réaliser une rénovation globale comprenant par exemple des travaux d’isolation des combles perdus, l’installation d’une pompe à chaleur, d’un chauffe-eau solaire et d’une VMC, le gain énergétique attendu s’élèverait à plus de 60 %.

Son logement passerait alors d’une classification D à B.  Nous serions en mesure de regrouper l’ensemble des aides. S’il s’agissait d’un couple avec 1 enfant, le reste à charge s’établierait à 9 288 euros au lieu de 28 500 euros.


Aides à la rénovation énergétique  l’offre de service Hellio 2-min

Dans un type d’habitat collectif, prenons l’exemple d’une copropriété du milieu des années 70 comme il en existe dans le quartier rémois de Clairmarais. Hellio a réalisé une projection à partir d’un bâtiment de 48 logements avec un système de chauffage électrique individuel. Grâce à une rénovation globale de la copropriété comprenant l’isolation des murs par l’extérieur, de la toiture terrasse des sols sur local non chauffé, ainsi que le remplacement des menuiseries et la mise en place d'une VMC, l’étiquette énergétique passerait de F à E grâce aux travaux réalisés.

À la clé, la copropriété pourrait espérer et surtout garantir via un contrat de performance énergétique un gain de 56 %. Dans ce cas de figure, Hellio est en capacité d’aller chercher toutes les aides à la rénovation énergétique : en particulier, la prime CEE et MaPrimeRénov' Copro.


Reims : cas concret en industrie

Reims cas concret en industrie-min


Une ville, une agglomération comme par exemple celle du Grand Reims, ce n’est pas que des logements. Le secteur le plus consommateur d’énergie sur le Grand Reims est l’industrie, suivi des transports et du résidentiel. Intervenir sur les bâtiments tertiaires publics et privés avec des enjeux forts liés à l’application du décret tertiaire, ou travailler aux côtés des industriels, des acteurs du transport, de l’agriculture est essentiel dans la stratégie de décarbonation des territoires, laquelle passe par une meilleure maîtrise de notre consommation d’énergie. 

Parmi les opérations réalisées : le remplacement de groupes froid pour une industrie rémoise de conditionnement et fabrication de produits capillaires PARCHIMY. Les travaux réalisés ont permis une économie d’énergie d’environ 15 % sur le besoin en chaleur. L'industriel a envisagé la modernisation d’une chaudière à vapeur qui permet d’économiser 5 % à 10 % par rapport à l’ancienne consommation.

D’autres solutions sont envisageables pour ce type d’entreprises. Je pense à la mise en place d’indicateurs de performance énergétique, à la modernisation de moteurs électriques, ou encore sur leurs surface tertiaire, à la mise en place d’un système de Gestion technique du bâtiment (GTB) et des travaux d’isolation. En effet, les locaux tertiaires des sites industriels sont souvent soumis au décret tertiaire et au décret BACS.


Bénéficiez d'un accompagnement sur mesure au Décret BACS

Tags associés : Événements

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Particuliers
  • Entreprises
  • Collectivités
  • Professionnels

Retrouvez toutes nos solutions
en maîtrise de l’énergie