Rénovation énergétique : Hellio conseille les auditeurs de France Bleu sur les changements en 2023

Rédigé par Amélie
Mis à jour le 12 janv. 2023
Temps de lecture : 8 min
radio-pierre-marie-perrin-francebleu-janvier-2023 hubspot-min

Avec les prix de l'énergie qui augmentent, les particuliers sont de plus en plus tentés par les travaux de rénovation énergétique. Quelles sont les aides en 2023 ? Comment en bénéficier ? Les travaux de rénovation énergétique peuvent-ils être réalisés par des locataires ou uniquement les propriétaires ? 

Pierre-Marie Perrin, directeur des affaires publiques de Hellio, acteur de référence de la maîtrise de l'énergie, a répondu le 9 janvier 2023 aux questions des auditeurs de France Bleu Paris, dans l’émission “Côté experts en Île-de-France”.


 


Corentine Feltz - Vous avez de bonnes nouvelles pour 2023. Est ce que on va avoir plus d'aides à la rénovation énergétique ?

Pierre-Marie Perrin - On a plein de bonnes nouvelles. La première, c'est que le gouvernement a décidé d'augmenter le budget de MaPrimeRénov’, le dispositif public d'aide à la rénovation énergétique, et donc quasiment 2,45 milliards d'aides publiques pour les Français en 2023, ce qui est assez important. 

Je me permets de rappeler un petit peu l'ensemble des dispositifs qui existent pour la rénovation énergétique. On connaît MaPrimeRénov’ dont je viens de parler, et il y en a un deuxième qui s'appelle les CEE pour Certificats d'Économies d'Énergie, qui a un budget supérieur, aux alentours de 5 milliards d'aides par an pour les Français, et qui est payé directement par les fournisseurs d'énergie, par Total, EDF et d'autres encore. 

Et puis vous avez également des aides locales, donc les collectivités territoriales, les villes et les communautés d'agglomération qui peuvent apporter des aides à la rénovation énergétique.


Pour quels types de travaux y a-t-il toutes ces aides ?

Pas mal d’aides qui existent. La première concerne tout ce qui a trait à l'enveloppe du logement. Qu'est ce qu'on appelle l'enveloppe du logement ? Ça va être l'isolation, l'isolation des rampants : quand vous avez un toit pointu, vous avez des poutres et donc vous allez combler avec des isolants ces poutres et entre ces poutres afin d'avoir une meilleure isolation et donc une meilleure performance énergétique. 

Vous avez également l'isolation thermique par l'extérieur (ITE) :mettre un isolant devant votre maison, sur vos murs, directement.Vous avez également la rénovation des systèmes de chauffage et c'est le deuxième poste qui est le plus changé par les Français et qui permet d'avoir un gain énergétique très important. 


Quels sont les travaux les plus intéressants pour faire des économies d'énergie ?

Pour isoler les rampants, isoler les combles, vous avez des primes très importantes, les menuiseries un petit peu moins. En revanche, si vous passez d'un système de chauffage par exemple au fioul, à quelque chose de beaucoup plus performant, vous allez avoir des aides très importantes. Mais également lorsque vous changez votre chaudière au gaz ou lorsque vous installez une pompe à chaleur (PAC), vous allez avoir des primes qui vont être plus importantes.


On entend partout que les logements de catégorie G sont interdits à la location. Ce n'est pas tout à fait vrai. Est-ce que vous pouvez nous préciser ce que dit la loi ?

Alors il y a des petites subtilités. Effectivement, ce qui est interdit aujourd'hui pour les logements G, c’est tous les logements qui consomment 450 kWh/m2 et par an, ce qui représente à peu près 90 000 logements sur 30 millions, ce est pour l'instant très peu. En revanche, à partir de 2025, ça va concerner l'ensemble des logements de catégorie G et en 2028, l'ensemble des logements de catégorie F. 
Donc on incite les gens à faire des travaux de rénovation énergétique. C'est maintenant qu'il faut le faire.


En précisant que ça concerne uniquement les nouveaux baux. Si les locataires sont déjà en place, on ne va pas les mettre dehors et interdire le logement à la location

Exactement. Cela concerne tous les baux qui sont signés à partir du premier janvier 2023


Auditrice #1 : Michelle (78) - Existe-t-il une aide pour rénover les toitures en maison individuelle et est-ce que c'est une bonne idée de rénover la toiture ?

Alors Michelle je vais vous répondre très simplement. Qu'est ce que vous appelez par “toiture” ? Est-ce que c’est changer vos tuiles ou est-ce que vous voulez isoler en dessous de votre toiture ? 


M - Beaucoup de couvreurs n’isolent pas les toitures si elles sont esquintées et la mienne commence à fuir. D'après ce qu'on m’a expliqué je n’aurai rien. Je trouve que la toiture est plus importante que l'isolation en dessous.


En fait, vous avez aussi la rénovation globale : c'est-à-dire que le gouvernement incite à faire plusieurs gestes de travaux. Donc si vous allez isoler vos rampants en dessous de votre toiture et changer par exemple une chaudière ou autre chose en même temps, vous allez avoir des aides bien plus importantes. 

Ce que je vous conseille, c'est de faire appel à un acteur de la maîtrise de l'énergie de manière globale qui va vous renseigner, et de ne pas forcément appeler une entreprise de travaux spécialisée, mais plutôt quelqu'un qui va vous conseiller sur l'ensemble de votre démarche, pour l'ensemble des rénovations énergétiques de votre logement.


CF - Pour optimiser à la fois la rénovation énergétique et les aides auxquelles Michelle va avoir droit, il est important de faire un audit de départ pour la conseiller ? 

Il faut faire un audit énergétique effectivement, qui va vous permettre de voir où sont vos déperditions d'énergie et où est-ce qu'on peut maximiser les aides pour vous accompagner. C'est vrai que quand on est particulier, on a du mal à savoir où est-ce qu'on peut être aidé et donc il faut vraiment aller voir les professionnels qui interrogent et qui gèrent ça de manière globale.


Cet audit de départ est-il payant pour Michelle ?

Alors il peut être payant via un bureau d'études. Mais lorsqu'il est pris en charge par une entreprise comme nos services, on peut le mettre dans une enveloppe globale et on va réduire avec les aides le reste à charge de Michelle.


Auditeur #2 : Hassan (91) - Actuellement, notre copropriété est devenue une catastrophe à cause de l’humidité.

CF - C'est intéressant que vous parliez de copropriété. Pierre-Marie Perrin, quand on habite dans un immeuble, comme c'est souvent le cas en Île-de-France, on se dit que les aides, la rénovation énergétique, ce n’est pas forcément pour nous. Or, justement, le gouvernement et en particulier en Île-de-France veut qu'on rénove les copropriétés.

Les copropriétés, c'est un véritable problème et le gouvernement a décidé d'y mettre les moyens. Comme vous le savez, vous avez le principe des votes en assemblée générale qui sont souvent très compliqués. Mais les primes ont été augmentées de 1 500 € à 3 000 € pour les foyers précaires, par logement, dans les copropriétés et pour les revenus un peu plus élevés mais toujours modestes, de 750 € à 1 500 €. Donc il y a des aides, il ne faut pas hésiter.


H - Le plus important est qu'on soit isolé car les murs deviennent tout noir.

Alors là, vous avez peut-être aussi la question d'un logement indécent. Vous êtes propriétaire ou locataire ? La première chose à faire, c'est effectivement d'en parler à votre syndic. Et la deuxième chose : effectivement vous pouvez avoir des aides pour l'isolation. En revanche, en fonction de la taille de l'isolant, vous allez avoir des aides et il y a des règles à respecter. Mais vous allez avoir des financements, notamment les Certificats d'Économies d'Énergie, qui sont des aides privées que vous pouvez solliciter auprès d'acteurs de la rénovation énergétique.


CF - Plutôt l'isolation par l'extérieur pour les copropriétés en Île-de-France Pierre-Marie ?

Non plutôt à l'intérieur, c'est très compliqué l'isolation thermique à l'extérieur quand on est en Île-de-France et quand on a des règles bâtimentaires à respecter. Donc ça peut se faire, mais les délais sont plus longs du fait du vote en assemblée générale, même si le gouvernement veut la faciliter.


Karim, qui habite à Sucy-en-Brie, nous dit “Je suis propriétaire d'une maison en copropriété. Ai-je besoin de l'accord de la copropriété pour faire l'isolation par l'extérieur ? Le charme de la façade sera-t-il conservé ? Et le mur donne sur le terrain de la copropriété voisine : dois-je avoir l'accord de la voisine pour isoler par l'extérieur et déborder de quelques centimètres sur son terrain ?”.

La première chose, effectivement, est de regarder le règlement de syndic de copropriété pour savoir si on a le droit. Il n'y a pas de raison qu'on ne puisse pas isoler par l'extérieur, mais il faut l'accord de la copropriété. Deuxièmement, il faut faire appel à AMO ou un architecte, ce qui est très important, parce que c'est lui qui va déposer les règles aux règles d'urbanisme. Et parallèlement, les règles ont été assouplies pour l'isolation thermique par l'extérieur en copropriété. Un voisin, normalement, ne peut pas s'opposer à ce qu'on empiète un tout petit peu sur son terrain pour réaliser cette isolation. En revanche, il faut demander des autorisations et regarder le règlement de copropriété. 


Et concernant sa dernière question sur le charme de la façade dans le cas d’une isolation par l'extérieur ?

Alors il y a de réels progrès qui sont faits dans l'isolation thermique par l'extérieur. Donc il faut vraiment faire appel à un architecte qui va pouvoir dessiner et vous aider à avoir la meilleure isolation thermique par l'extérieur en termes d'économies d'énergie, mais également en termes de cadre et de beauté des bâtiments.


Pierre-Marie, vous l'avez dit, il y a des bonnes nouvelles en 2023 : il y a encore plus d'aides à la rénovation énergétique, mais peut-être qu'il y a aussi quelques petites mauvaises nouvelles, des aides qui vont disparaître et dont il faut profiter avant qu'elles ne disparaissent. Quelles sont-elles ?

Exactement. Il faut absolument en profiter. Avant le 1er février, vous allez avoir une baisse des aides pour tout changement de VMC ou de poêles à bois. Donc pour les Français qui souhaitent se chauffer avec des poêles à bois par exemple, il est important de faire la demande avant le 1er février,

La deuxième : vous aviez une surprime de 1 000 € afin de vous permettre de changer de système de chauffage et d’opter pour un chauffage bien plus performant énergétiquement. Aujourd'hui, la surprime va s'arrêter au 31 mars 2023, donc il faut en profiter. 

Et puis vous avez également le coup de boost fioul : le dispositif des CEE qui vous permet de bénéficier de 4 000 ou 5 000 € pour changer votre chaudière fioul et installer un équipement plus moderne et surtout plus performant énergétiquement.


Il y a aussi une baisse des aides pour les VMC. Pierre-Marie, est-ce que c'est une bonne idée la VMC dans un logement ?

C'est très important parce que ça vous empêche d'ouvrir les fenêtres et du coup, de refroidir trop votre logement. Ça permet de réguler les températures, donc c'est essentiel dans un logement pour qu’il se régule. 


Auditrice #3 - Christiane (75) - Je suis locataire d'un appartement. Ce sont des bailleurs sociaux et ce sont des constructions de 1920 donc il n'y a aucune isolation. Ils ont autrefois changé les fenêtres et mis des fenêtres double vitrage, mais il fait froid et c'est vraiment une passoire énergétique. 

CF - Christiane n'est pas la seule en Île-de-France. Pierre-Marie, il y a énormément de passoires énergétiques. C'est un vrai problème pour la région. Que peut-on conseiller à Christiane et à tous les locataires qui habitent une passoire énergétique ? Est-ce qu'on peut faire pression sur le propriétaire bailleur, sur le bailleur social ? 

Comme vous le disiez, c'est une vraie problématique en Île-de-France. Et le seul moyen est de pouvoir écrire à votre bailleur social afin qu'il puisse engager des travaux de rénovation énergétique. Les bailleurs sociaux ont une obligation de rénover leur patrimoine, donc la solution vraiment, c'est de leur écrire et pourquoi pas d’écrire à plusieurs avec l'ensemble des habitants de votre immeuble. 
Après, personnellement, vous ne pouvez pas réaliser vos travaux par vous-même. Donc effectivement, la seule chose c’est en parler à votre bailleur. 


Auditrice #4 - Elizabeth (94) - J'ai entendu ou lu, qu'il y avait certaines villes, en fonction de leurs moyens évidemment, qui avaient procédé à des diagnostics énergétiques avec des drones pour voir les déperditions thermiques sur le toit des maisons. Moi je suis en pavillon donc je voulais juste savoir à quel service il faut s'adresser pour savoir si la ville procède à ce genre de diagnostic.

Alors vous êtes parfaitement informée. Effectivement, il y a plein de diagnostics qui ont été faits par drone. La chose que je vous conseille, c'est de contacter le service urbanisme de votre commune afin de leur demander s'ils ont déjà fait ça. Et puis de toute façon, ils réalisent aussi des diagnostics via d'autres services. Sinon, il faut s'adresser à des acteurs globaux de la rénovation énergétique comme Hellio, qui vont réaliser ces diagnostics pour vous et ces audits énergétiques, afin de voir où sont les déperditions énergétiques dans votre logement.


Un projet de rénovation énergétique ?

Tags associés : Événements, efficacité énergétique

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Particuliers
  • Entreprises
  • Collectivités
  • Professionnels

Retrouvez toutes nos solutions
en maîtrise de l’énergie