Hellio

Poêle à bois :
un chauffage d’appoint économique et écologique


poele à bois hellio

C’est LA star du chauffage au bois, plébiscité par des millions de foyers français : le poêle. Il en existe de tous les styles, toutes les puissances et tous les prix, alimentés en bûches ou en granulés. Pour accompagner vos journées et soirées d’hiver, rien de tel que les flammes d’un poêle à bois qui chauffent votre pièce à vivre.

Avec son combustible moins cher que le fioul ou le gaz, et plus respectueux de l’environnement, ce type de chauffage a un bel avenir devant lui. En plus, l’installation de poêles à bois est encouragée par diverses primes !

Remplacez votre poêle à charbon

Par un poêle à bois et recevez jusqu’à 800 €

Inscription gratuite

Qu’est-ce qu’un poêle à bois ?

Un poêle à bois est un appareil de chauffage qui utilise le bois comme combustible. Dans une maison, il représente généralement une solution d’appoint, c’est-à-dire complémentaire à une chaudière ou une pompe à chaleur, pour chauffer un salon par exemple. Il s’agit donc d’une cheminée en version moderne et mobile ! Pour évacuer les fumées et déclencher la bougie d’allumage, un conduit (tubage obligatoire) et une prise électrique suffisent (excepté pour les poêles sans électricité, assez rares).

Le chiffre Hellio : 250 000
Depuis une douzaine d’années, il se vend plus de 250 000 poêles à bois par an en France (source : rapport de l’Observatoire des énergies renouvelables, mars 2020).

Le poêle n’est pas la seule option de chauffage « biomasse », terme désignant les sources d’énergie organiques (dont les céréales par exemple !). Il existe aussi des foyers fermés, des inserts, des cuisinières et bien sûr des chaudières. Néanmoins, les ventes de ces équipements se situent bien en dessous de celles des poêles, qui constituent de loin la solution préférée des Français.

Type d’appareil Ventes en 2019 Caractéristiques
Poêle à bois 282 640
  • Chauffage d’appoint
  • Facile à déplacer
Foyer fermé ou insert à bois 71 010
  • Chauffage d’appoint
  • Intégré dans une cheminée (existante ou à créer)
Chaudière à bois 18 650
  • Chauffage central donc plus volumineuse
  • Généralement accompagnée d’un silo qui permet une alimentation automatique
Cuisinière à bois 4 340
  • Chauffage d’appoint
  • Assure la cuisson (plaques et four intégrés)

Notons que l’innovation technologique permet aujourd’hui à certains poêles, inserts et cuisinières de chauffer l’ensemble du logement, si ce dernier est bien isolé et peu spacieux.


Poêle à bûche ou poêle à granulés ?

C’est une question essentielle, car ces deux types de poêles à bois ont des caractéristiques bien différentes. Un point commun tout de même : l’entretien régulier nécessaire (vider les cendres, nettoyer la vitre, ainsi que le contrôle annuel par un professionnel).

Bois bûche Granulés (pellets)
Avantages
  • Énergie très économique
  • Esthétisme et confort
  • Simplicité d’utilisation
  • Sacs faciles à acheter et stocker
  • Énergie économique
  • Rendement très élevé
  • Puissance réglable
  • Peu d’émission de particules
  • Alimentation automatique
  • Chaleur homogène dans la pièce
Inconvénients
  • Besoin d’alimenter le poêle très fréquemment
  • Transport et stockage des bûches
  • Rendement moins élevé que les granulés
  • Polluant si le bois est humide et de mauvaise qualité
  • Écarts de température dans la pièce
  • Besoin de remplir le poêle fréquemment
  • Plus cher qu’un poêle à bûches

Comme vous pouvez le voir, les avantages du poêle à granulés sont plus nombreux que ceux des bûches. Cependant, la seconde option continue de plaire à ceux qui recherchent un effet authentique, rappelant le feu crépitant dans une cheminée.

Le chauffage à énergie renouvelable :

Un projet accompagné par Hellio

J’en profite

Comment choisir son poêle à bois ?

Le combustible ne fait pas tout. Avant de faire votre achat, il est essentiel de prendre en considération bon nombre d’attributs.

La puissance du poêle

Tout d’abord, pensez à la fonction n°1 de l’équipement : chauffer un espace. Vous regretterez vite un poêle à bois design mais pas assez puissant pour satisfaire les besoins du logement. À l’inverse, rien ne sert de payer plus cher pour un appareil plus puissant que nécessaire (en outre, cela entraînera un surplus de rejets de particules).

La puissance d’un poêle se situe en moyenne entre 3 et 12 kW. Certains modèles peuvent atteindre les 20 kW, ce qui n’est généralement pas nécessaire pour votre salon. En effet, il faut compter environ 1 kW pour 10 m2.

L’info Hellio :
La surface à chauffer ne détermine pas à elle seule la puissance idéale du poêle à bois. Si le bâtiment est bien isolé, vous pouvez vous orienter vers un produit moins puissant. De même si vous habitez une région où les températures restent douces en hiver. Enfin, cela dépend aussi de vos préférences de chauffage : attention, Hellio vous rappelle que la température conseillée dans une pièce à vivre ne dépasse pas les 21 °C !

La technologie et le matériau

Double combustion, accumulation, air pulsé... les principes de chauffage sont multiples. De même pour les matériaux : fonte, tôle, pierre, acier, entre autres.

Ces caractéristiques, en plus d’influencer le style du poêle à bois, ont une incidence sur sa performance (liste non exhaustive) :

  • Le principe d’accumulation : l’appareil de chauffage (poêle, radiateur...) retient une partie de la chaleur lors de la marche, puis la diffuse progressivement une fois éteint. Cette fonction est assurée par des plaques en brique réfractaire, en pierre ollaire (stéatite) ou encore en fonte. Ces matériaux emmagasinent un maximum de chaleur grâce à leur forte inertie.
  • La double combustion : cette technologie nécessite une arrivée d’air dédiée. La « première » combustion du bois émet des gaz, eux-mêmes brûlés dans un second temps pour un meilleur rendement.
  • Poêle à air pulsé (convection forcée) : à l’aide d’un ventilateur, le poêle diffuse l’air chaud plus rapidement (attention au bruit).
  • Convection naturelle : à la différence d’une convection forcée, il n’y a dans ce cas pas de ventilateur.
  • Poêle à rayonnement : avec le principe du rayonnement – en opposition à la convection –, ce n’est pas l’air qui réchauffe la pièce mais les rayons infrarouges projetés par le poêle.
  • Les poêles canalisables : pour terminer, l’intérêt du poêle canalisable est de chauffer plusieurs pièces, au moyen d’une canalisation et d’une bouche d’aération vers l’espace souhaité.

Le label Flamme Verte

La puissance et la technologie du poêle biomasse ne garantissent pas son efficacité énergétique, autrement dit sa capacité à chauffer convenablement sans consommer trop d’énergie. Vous n’avez sûrement pas envie de voir votre facture grimper, c’est pourquoi nous vous conseillons de porter attention au label Flamme Verte.

Ce label, consacré au chauffage au bois, certifie qu’un produit présente un rendement très élevé (> 75 % pour un poêle à bûches > 87 % pour des granulés) et rejette peu de monoxyde de carbones et particules fines. Pour choisir votre appareil, adoptez le réflexe de vérifier que son étiquette contient bien le logo Flamme Verte 7 étoiles (classe de performance maximale). Plus le rendement est élevé, plus vous faites des économies !

Le style du poêle

Aujourd’hui, impossible de passer à côté du design, devenu un critère d’achat primordial pour beaucoup de consommateurs. Les poêles suivent cette tendance, avec des fabricants qui redoublent d’inventivité. Il y en a de toutes formes, toutes couleurs et toutes tailles pour satisfaire tous les goûts.

Certains préféreront un petit poêle à bois discret dans un angle de la pièce, tandis que d’autres apprécieront le charme d’un poêle à bois suspendu au milieu du salon. De même, les amateurs d’originalité peuvent casser les codes du noir et opter pour une apparence plus colorée.

La marque

Dernier élément de décision mais pas des moindres, le choix du fabricant peut s’avérer déterminant. En effet, la marque est un vecteur de confiance et d’engagement :

  • Une entreprise ancienne et expérimentée (Invicta, Godin, Supra...) véhicule une image de qualité ;
  • Le bouche-à-oreille et les avis publiés par les clients sur Internet peuvent conforter un projet, ou au contraire le remettre en question ;
  • Un grand nombre d’acheteurs choisissent une marque française (Hoben, Seguin, Oliger...) pour contribuer à l’économie nationale.

Un logement mal chauffé et coûteux ?

Profitez des solutions Hellio

C’est parti

Prix du poêle à bois : profitez des aides avec Hellio !

Les poêles à bûches bas de gamme sont vendus à partir de 300 €. Néanmoins, si vous cherchez la qualité, le confort et le rendement, vous devrez vraisemblablement prévoir plus de 1 000 €, voire 2 000 € et même 3 000 € pour du haut de gamme – frais de pose non compris.

Or, tout le monde n’a pas les moyens de consacrer plusieurs milliers d’euros à ce nouvel appareil. Pour concrétiser leur projet, les ménages ont parfois besoin d’un coup de pouce financier.

L’astuce Hellio :
Le Coup de pouce Chauffage, vous connaissez ? Il s’agit d’une aide mise en place par l’État, sans condition de revenus. À la clé : 500 € minimum pour remplacer un poêle à charbon par un poêle à bois très performant. Pour la demander, vous pouvez vous inscrire en 1 minute sur Hellio, sans aucun engagement !

  • Pourquoi ce dispositif ? Pour encourager l’abandon des énergies fossiles au profit d’énergies renouvelables.
  • Qui paye cette prime ? Les vendeurs de gaz, d’électricité, de carburants ou encore de fioul. Ces entreprises ont pour obligation de mettre la main à la poche en finançant ce genre d’actions écologiques, afin de compenser leur activité polluante.

Vous faites partie des ménages à revenus modestes ? Cette prime Coup de pouce peut atteindre 800 €. Mieux : vous pouvez bénéficier d’une aide complémentaire et cumulable, au montant bien plus élevé : MaPrimeRénov’, qui offre jusqu’à 3 000 €. Cerise sur le gâteau, cette dernière n’est pas conditionnée au remplacement d’un équipement à charbon.

À noter que ces deux dispositifs sont soumis au respect de plusieurs critères techniques.


Dans le même thème, Hellio vous conseille aussi :